Anne-Marie PLANEL (éd.), 2004, Alfa Maghreb et sciences sociales 2004. Maghreb, dimensions de la complexité : études choisies de l'IRMC (1992-2003), Tunis, IRMC, 372 p.


ANTHROPOLOGIE/SOCIOLOGIE - HISTOIRE/HISTORIOGRAPHIE/PATRIMOINE - MIGRATIONS/MOBILITE ET CIRCULATIONS EN MEDITERRANEE - ETUDES URBAINES - ECONOMIE/DEVELOPPEMENT/TERRITOIRE

PRIX : 25 € / 15 Dt

 


Les études qui composent Maghreb, dimensions de la complexité, ont été réunies dans un double objectif. Face aux simplifications auxquelles les médias sont exposés dans le traitement de l’actualité dans l’urgence, voire en temps réel, le premier objectif est de contribuer au débat public en apportant dans l’analyse des sociétés du sud de la Méditerranée « l’esprit de la recherche » au-delà d’un savoir constitué, toujours daté. La connaissance suppose une juste distance par rapport à son objet, et celle-ci résulte en grande partie d’un investissement collectif durable et capitalisé sur un même champ scientifique et sur une même aire culturelle. Le monde arabo-islamique, ici limité pour l’essentiel aux pays du Maghreb, constitue un ensemble sensible du fait des rapports dialectiques entre ses évolutions internes et les relations internationales. E. W. Saïd dans les années 1970 et S. P. Huntington dans les années 1990 ont lancé des défis différents mais se rejoignant d’une certaine façon dans l’exclusion – cognitive et géopolitique – de l’Autre. Dépasser les apories saïdiennes comme les aphorismes huntingtoniens est certainement un impératif éthique sur le plan citoyen, c’est surtout une exigence de vérité cognitive, un nécessaire ajustement des représentations à l’état réel et actualisé des savoirs et de leur circulation. Abordant le Maghreb sous différentes dimensions, le présent recueil s’essaye à décrypter avec esprit de finesse les sociétés maghrébines sur la durée et dans leur complexité.

Le second objectif du présent recueil est de capitaliser sous forme d’un florilège des éléments de ce savoir constitué à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain depuis sa création, soit en une dizaine d’années. La lecture en continu d’études écrites dans le cadre de différents programmes et de thèses permet de constater que, derrière la variété des traitements, se tient une unité de l’interrogation et atteste ainsi du rôle de creuset rempli par la nouvelle institution. Maghreb, dimensions de la complexité donne une illustration de l’apport de l’IRMC au concert des recherches menées sur le Maghreb.


 SOMMAIRE
 
 
Pierre Robert BADUEL, Maghreb, dimensions de la complexité. Introduction.
 
I. Statut, construction et représentations des sciences sociales et humaines

Michel CAMAU, Sciences sociales, sciences morales ?
François SIINO, Les représentations politiques de la science au Maghreb : réflexion sur le cas tunisien.
Clémentine GUTRON, Mise en place d’une archéologie en Tunisie. Le musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage (1875-1932).
 
II. Choix de société et politiques publiques universitaires

Jean-Philippe BRAS, La langue cause national(e) au Maghreb.
Kmar BENDANA-KCHIR, Diplôme et université en Tunisie dans les années 1950.
Karim BEN KAHLA, L’université tunisienne face au dilemme universalité/mondialisation. Réflexions sur la « fracture universitaire » et les modes de structuration de l’enseignement supérieur en Tunisie.
Mihoub MEZOUAGHI, Les enseignements des approches du système national d’innovation : les économies semi-industrialisées.

III. Anciens et nouveaux acteurs

Vincent GEISSER, Les diplômés tunisiens formés à l’étranger sont-ils encore des élites ?
Myriam CATUSSE, L’entrée en politique des entrepreneurs marocains. Formation d’une catégorie sociale et réforme de l’ordre politique dans le cadre de la libéralisation économique. Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens et leur organisation : une crise de représentativité ?
Anne-Marie PLANEL, Les ingénieurs des beys de Tunis : experts des réformes du XIXe siècle ?
Haoua AMEUR-ZAÏMÈCHE, Mohammed El-Aziz Kessous (1903-1965) : produit et initiateur de réformes.
Odile MOREAU, Echoes of National Liberation : Turkey Viewed from the Maghrib in the 1920s.
Bernadette AUZARY-SCHMALTZ, Le curé, Pernelle et sa robe...
Katia BOISSEVAIN, Sayyida Manoubiya, sainte musulmane du XIIIe siècle à Tunis : quelle contemporanéité ?

IV. Questions de société et transformations économiques

Nora LAFI, Bienfaisance citadine et gouvernement urbain à Tripoli au XIXe siècle.
Abdelhamid HÉNIA, Représentations sociales de la richesse et de la pauvreté à Tunis aux XVIIIe et XIXe siècles. Susan Ossman, Savoir se montrer. Modèles, modes et salons de coiffure à Casablanca.
Delphine CAVALLO, Le discours social de la Banque mondiale sur la Tunisie.
Mostafa KHAROUFI, Effets de l’émigration vers l’Italie des Beni Meskine (Maroc occidental).
Hassen BOUBAKRI, Echanges transfrontaliers et commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes.
Mohamed ELLOUMI, Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée. Etats, société civile et stratégies des acteurs.

V. Villes, territoires, patrimoine, pouvoirs

Jean-Luc ARNAUD, Comparer les mutations urbaines, du Machreq aux Balkans.
Mohamed KERROU, Quartiers et faubourgs de la médina de Kairouan. Des mots aux modes de spatialisation.
Raffaele CATTEDRA, L’invention patrimoniale de la médina de Casablanca. De la « ville indigène » au centre historique.
Farid ABACHI, Les façades de Tozeur.
Isabelle BERRY-CHIKHAOUI et Agnès DEBOULET, Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe.
Olivier FENEYROL, Pouvoir local, pouvoir sur le local en Tunisie. Les agents du Parti entre Etat et territoires.
Ali REBHI, Pouvoirs locaux et réhabilitation urbaine. L’exemple du quartier Menchia à Kairouan.
Nicolas PUIG, Ceux de derrière le cimetière. Appartenances urbaines et stigmatisations à Tozeur (Jérid, Sud-Ouest tunisien).