Amar MOHAND-AMER, Belkacem BENZENINE (dir.), 2012, Le Maghreb et l'indépendance de l'Algérie, Paris, CRASC-IRMC-Karthala, coll. Hommes et sociétés, 264 p. ISBN : 978-2-8111-0756-7.


HISTOIRE/HISTORIOGRAPHIE/PATRIMOINE

PRIX : 26 € / 15 Dt


1962-2012 : deux dates emblématiques de l’Algérie contemporaine. La première s’inscrit dans la continuité d’un mouvement politique de grande envergure. Celui de la décolonisation, des modalités de sorties de guerre, de l’émergence des États indépendants et de la mise en place des institutions. Quant à la seconde, elle renvoie, à un triple questionnement. D’abord, sur le bilan de cinquante ans d’actions politiques, de programmes économiques, de projets de sociétés et de relations internationales… Ensuite, sur les perspectives, les enjeux politiques et les aspirations des populations. Et enfin, sur les bouleversements stratégico-politiques que connaissent les régions du Maghreb et du Moyen et Proche-Orient.

Événement politique majeur dans le long cheminement d’un pays, l’indépendance clôt une situation historique et ouvre une nouvelle ère de transformations radicales. Au Maghreb, la fin du régime colonial et les indépendances constituent d’excellents marqueurs historiques. Toutefois, l’accès à l’indépendance, la gestion politique de ce basculement, le passage pour la population de l’état de colonisés à celui de citoyens d’une société libre et les dynamiques de développement et de (re)construction diffèrent d’un pays à l’autre. Cinquante ans après, qu’en est-il des espoirs suscités par la fin du colonialisme, des aspirations des peuples et des défis des États nouvellement souverains ? Que reste-t-il des crédos « révolutionnaires » ?

Les bouleversements induits par l’émergence de nouvelles institutions, le volontarisme dans le démantèlement des legs du passé et les dynamiques de développement témoignent de l’importance des processus de transition. Cette dernière est encore caractérisée, dans le contexte maghrébin, par l’omniprésence du fait colonial et de ses pesanteurs en période postcoloniale ainsi que par la pluriformité de ses modalités d’exercice. L’indépendance a créé une dynamique politique, sociale, économique et culturelle. Les enjeux de société y sont importants en raison des choix des modèles à adopter, de la conception de la modernisation, des rapports sociaux ainsi que des questions de l’altérité.

Cet ouvrage a également fait l'objet d'une édition algérienne simultanée intitulée : Les indépendances au Maghreb.


 SOMMAIRE
 
 
Pierre-Noël DENIEUIL, Avant-propos.
Hassan REMAOUN, Préface.
Amar MOHAND-AMER et Belkacem BENZENINE, Introduction.
 
I. Indépendance nationale et processus de transition

Nourredine BESSADI, Le droit en Algérie entre héritage colonial et tentative(s) d’algérianisation.
Amar MOHAND-AMER, L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) dans le processus de transition (1962-1963).
Anouar MOKRANI, Analyse sociologique de la crise du capital privé dans l’Algérie indépendante.
Abdenour MOULOUD, De l’économie administrée à l’économie de marché. Politique en faveur de l’investissement privé en Algérie à la veille du cinquantenaire de son indépendance : quelques repères historiques.
Yasmina TOUAIBIA, Traumatisme historique et tendances structurelles du régime politique algérien depuis l’indépendance.
Julie CHAMPRENAULT, La transition culturelle en Algérie indépendante : des scènes coloniales au Théâtre national.
 
II. Enjeux nationaux et projets de société

Belkacem BENZENINE, Les Ulémas algériens et leurs positions sous le régime de Ahmed Ben Bella.
Tahar SAOUD, La place de l’islam dans l’Algérie indépendante. La période des présidences Ben Bella et Boumediene comme modèle de référence.
Fatima Zohra SAÏ, Quel statut pour les femmes algériennes dans la « post colonie » ?
Jean ZAGANIARIS, Les rapports sociaux de genre au moment de l’Indépendance du Maroc : retour sur les enjeux politiques de la littérature marocaine de langue française.
Nedjib SIDI MOUSSA, La « reconversion » du Mouvement national algérien (mars-juillet 1962) : entre le succès d’une prophétie et l’échec d’un prophète.
Nader MEDDEB, Villes de pouvoir, pouvoir des villes : les limites de l’État bourguibien dans la fabrique d’une capitale indépendante.
 
III.Des sociétés coloniales aux États nationaux : devenirs sur la marge
 
Pierre-Jean LE FOLL-LUCIANI, Les anticolonialistes juifs et européens et la nation algérienne à l’heure de l’indépendance.
Pierre DAUM, Et si on restait ? 1962 : quelles conditions pour les Européens et les Juifs qui voulaient rester.
Philippe BOUBA, Une commune des Pyrénées-Orientales face à l’exode des rapatriés d’Algérie. Arrivée, accueil et installation des Pieds-noirs à Port-Vendres en 1962.
Abderahmen Moumen Le devenir des harkis en Algérie et en France (1962-1965). Approche comparative pour l’écriture d’une histoire franco-algérienne
Malika EL KORSO, La Guerre de libération nationale et l’indépendance algérienne au regard de Témoignage Chrétien (1954-1962).
Ana Sofia NENO, Leite Histoire, idéologie et indépendance au Maroc à travers des représentations du passé colonial portugais.