Odile MOREAU (dir.), 2009, Réforme de l'Etat et réformismes au Maghreb (XIXe-XXe siècles), coll. Socio-anthropologie des mondes méditerranéens, Paris, IRMC-L'Harmattan, 368 p., ISBN : 978-2-296-11087-8.


HISTOIRE/HISTORIOGRAPHIE/PATRIMOINE

PRIX : 33,5 € / 15 Dt

 


Deux approches caractérisent cet ouvrage qui revisite les notions plurielles de « réforme » et de « réformisme » dans l’espace méditerranéen des XIXe et XXe siècles : d’une part, le croisement des historiographies, entre ottomanisme et formation des États-nations dans le monde arabe ; d’autre part, une réflexion sur les mécanismes d’emboîtement des aires culturelles et des représentations qui les animent au Maghreb, par comparaison avec la Turquie et le Moyen-Orient. Cette recherche à plusieurs voix s’articule autour d’interrogations communes relatives aux temporalités des mutations institutionnelles et de l’élaboration de cadres nouveaux, aux instrument se taux médiateurs des réformes selon les pays concernés, ainsi qu’aux enjeux de l’« intériorisation » de nouvelles normes et valeurs culturelles. La première partie de l’ouvrage présente les mutations institutionnelles relatives à la construction de l’État. Elle s’attache à analyser la matérialité de la réforme lorsqu’elle se cristallise ou échoue, en termes d’institutionnalisation et d’élaboration d’un cadre juridique nouveau, quand bien même ce projet n’aurait pas abouti. La deuxième partie ouvre la discussion sur les modalités de construction des savoirs, de leur diffusion et de leur politisation qui provoque des débats entre réformistes, en particulier à propos de la place de la langue, de son statut et de ses usages. La troisième partie analyse la question des transferts de modèles à partir des réformes du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, comme une revendication politique et culturelle interne, supposant déjà un repositionnement culturel des sociétés concernées.


 SOMMAIRE
 
 
Odile MOREAU, Circulation des hommes, circulation des idées ou « comment se réformer pour réformer ? ». Introduction.
 
I. Temporalité des réformes : quels rythmes de circulation des modèles

André RAYMOND, La réforme dans le monde ottoman au XIXe siècle : Istanbul, Le Caire, Tunis : influences croisées.
Orhan KOLOGLU, La réforme de l’État alla Turca.
Odile MOREAU, Une guerre « sur les marges ». La Tunisie et la guerre de Crimée par delà l’oubli.
Khaled BEN SRHIR, Stratégies économiques et réformes libérales dans le Maroc précolonial.
Leïla BLILI, Réformes politiques et vie privée à la cour de Tunis au XIXe siècle (1830-1881).
Benoît GAUMER, Les tentatives de réforme de l’assistance et de la santé publiques en Tunisie (1881-1956).
Abderrahmane EL-MOUDDEN, Résistance anticoloniale et émergence d’une structure politique étatique moderne : Bin ‘Abd al-Karim et Mustafa Kemal.
 
II. Médiateurs et instruments de la réforme

 Julia CLANCY-SMITH, Passages : Khayr al-Din al-Tunisi et une communauté méditerranéenne de pensée (1800-1890).
Bettina DENNERLEIN, Entre « restauration » et « réorganisation ». L’appropriation savante de la réforme chez Ahmad b. Khâlid an-Nâsirî (m. 1897).
Khémaïs ARFAOUI, Les modernistes tunisiens et la justice. Quels projets de réforme (1881-1909) ?
Ouarda TENGOUR, Pratiques culturelles, transferts de savoirs et réseaux : l’apport des saint-simoniens en Algérie.
Alain MESSAOUDI, Les arabisants français et la « réforme » en Afrique du Nord. Autour de Louis Machuel (1848-1922) et de ses contemporains.
Habib BELAÏD, La diffusion des associations à but culturel en Tunisie (1888-1951)
 
III. Intériorisation ou résistance à de nouvelles normes culturelles

James MCDOUGALL, État, société et culture chez les intellectuels de l’islâh maghrébin (Algérie et Tunisie, 1890-1940) ou la Réforme comme apprentissage de “l’arriération”.
Haoua AMEUR-ZAÏMÈCHE, La société algérienne et la question scolaire. Mohammed El-Aziz Kessous (1903-1965), produit et initiateur de réformes
Thierry ZARCONE, Confrérisme, maraboutisme et culte des saints face au réformisme. Le cas de la Turquie d’Atatürk et de la Tunisie de Bourguiba.
Mohammed Aziz BEN ACHOUR, La crise de ramadan 1379 H. (février 1960) en Tunisie ou les risques et périls de la diffusion autoritaire de la réforme.
Omar CARLIER, Corps du pouvoir et habits de l’État. La construction vestimentaire du leadership dans le Maghreb contemporain.

 
Cet ouvrage a en outre fait l'objet en 2015 d'une traduction en langue arabe au Maroc, aux éditions Dar Abi Rakrak