Nadhem YOUSFI, 2013, Des Tunisiens dans les Alpes-Maritimes : une histoire locale et nationale de la migration transméditerranéenne, coll. Socio-anthropologie des mondes méditerranéens, Paris, IRMC-L'Harmattan, 206 p., ISBN : 978-2-343-01115-8.


MIGRATIONS/MOBILITES/CIRCULATIONS EN MEDITERRANEE - HISTOIRE/HISTORIOGRAPHIE/PATRIMOINE

PRIX : 22,5 € / 15 Dt

 


Cet ouvrage traite de l’immigration tunisienne dans les Alpes-Maritimes de 1956 à 1984 à travers ses réalités humaines, économiques et sociales. L’approche de ce phénomène, à l’échelle locale mais sur une durée de trois décennies, permet à l’auteur de retracer ses différentes caractéristiques : phases migratoires, évolution sociodémographique, interventions étatiques des pays concernés pour maîtriser les flux, mécanismes de regroupement sociologique, stratégies des filières migratoires, et constitution progressive d’une colonie étrangère sur le territoire français.
Il s’agit donc de repenser cette migration spécifique. En quoi les conjonctures socio-économiques de part et d’autre de la Méditerranée, comme l’importance des liens de solidarité familiale, locale et nationale, peuvent-elles expliquer la dynamique et la « spontanéité » du phénomène ? Comment cette migration a-t-elle dépassé et transcendé les canaux officiels, aussi bien en Tunisie qu’en France ?
Pour répondre à ces questionnements, l’auteur s’est intéressé au contexte général et régional dans lequel s’inscrit la migration, aux facteurs contraignant ou favorisant ce mouvement entre les deux pays, mais aussi aux capacités, aux motivations et aux discours des « acteurs » qui ont réussi, par leurs actions individuelles et collectives, à influer sur certains paramètres du contexte. Car bien que les pouvoirs publics élaborent des cadres législatifs pour maîtriser les flux migratoires, ces dispositifs se révèlent inadaptés et se réduisent à accompagner les déplacements humains.
L’étude de l’insertion urbaine, économique et sociale de cette migration dans les Alpes-Maritimes, montre également comment la structure sociale régie par des affinités familiales, claniques, locales et nationales permet de solutionner les problèmes structurels de logement et à surmonter les difficultés conjoncturelles de l’emploi.


 SOMMAIRE
 
 
Genèse de l’immigration tunisienne en France. Introduction
Une immigration tardive
Un changement de statut juridique
Une approche microsociale, localisée dans la durée
 
Chapitre 1. Histoire d’une migration tunisienne dans les Alpes Maritimes
Le déclenchement (1956-1962)
L’apogée (1963-1973)
Vers l’arrêt des entrées (1974-1984)
 
Chapitre 2. Une immigration « spontanée » entre régulation et clandestinité
Des dispositifs spécifiques de régulation migratoire
1972 : les premiers refoulements
Des migrants « spontanés » deviennent « irréguliers »
 
Chapitre 3. Le rôle des solidarités sociales dans la dynamique migratoire
La prédominance du réseau familial
Au-delà de la proche famille
Le recrutement local
 
Chapitre 4. Une structure démographique en voie de féminisation
Des hommes célibataires et des jeunes mariés isolés
Regroupement familial et féminisation progressive de la communauté tunisienne
 
Chapitre 5. Une concentration dans les centres urbains
La concentration dans les centres urbains
Les conditions de logement
 
Chapitre 6. Le bidonville de la digue des Français
Origine et évolution du bidonville
Structure sociale du bidonville
Structure économique du bidonville
L’attitude des autorités départementales à l’égard du bidonville : un mal nécessaire
 
Chapitre 7. Spécialisations professionnelles et évolution des carrières
D’un secteur professionnel à un autre
L’acquisition d’une qualification professionnelle
De l’activité au chômage
Du salariat au travail indépendant
 
Chapitre 8. Quelle insertion sociale française ?
Le repli communautaire
Les mariages mixtes : un phénomène marginal
La mainmise « destourienne » sur la vie sociale
 
Conclusion
Sources et bibliographie
Index alphabétique