Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb


Responsables : Enrique KLAUS ; Olivier KOCH

Chercheurs associés :

Partenaires institutionnels :


Résumé :

L’hypothèse générale sur laquelle repose l’ensemble du programme de recherche est qu’une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et on la retrouve tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été mises en œuvre (Algérie, Maroc, Mauritanie).
Cette transition médiatique se décline selon deux axes qui constitueront les deux axes de recherche du programme (cf. infra). Le premier est d’ordre technique et a trait à la concurrence de semi-professionnels de l’information faisant usage des médias socionumériques, obligeant ainsi les professionnels à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production.
Le second est politique et se donne à voir sur deux « fronts » médiatiques. Le premier est celui des médias traditionnels (audiovisuel et radiodiffusion) : la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public. Le second « front » est celui des « nouveaux médias » : la vulgate de la « Révolution 2.0 » a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio-numériques, en créant (avec plus ou moins de maîtrise) des comptes Twitter et des pages Facebook, introduisant ainsi une transparence à laquelle les élites politiques n’ont jamais été habituées.
Cette transition médiatique, à la fois instrument et étalon de la transition politique, est abordée dans ce programme à travers l’angle bien particulier des médias socio-numériques en Tunisie et au Maghreb. La pertinence de cet angle repose sur les deux hypothèses de travail que l’on se propose d’explorer dans ce programme :
1) Les réseaux socio-numériques sont vecteurs de pratiques innovantes au sein d’« anciens » médias en pleine recomposition (cf. supra). En témoignent l’intégration de vidéos YouTube sur les chaînes satellitaires, la reproduction de statuts Facebook et de tweets dans la presse écrite, ou encore la présence de titres de presse papier sur les réseaux socio-numériques. Cela implique donc qu’il faille ouvrir un grand chantier de recherche sur les pratiques médiatiques en vigueur sur les réseaux socio-numériques et de leur intégration à la production de l’information.
2) Les réseaux socio-numériques constituent un poste d’observation des pratiques de consommation des productions de médias « anciens » par les Tunisiens et les Maghrébins. Qu’il s’agisse de match de football, de séries télévisées, ou de débat politique, il est possible d’observer en direct et sans filtre de médiation les habitudes de consommation des Tunisiens.
- Axe 1. Analyse multimédia des réseaux socio-numériques : les transformations du paysage médiatique sous la houlette des gouvernements dits de transition.
- Axe 2. « Cyberactivité » et cyberactivisme. Usages ludiques et politiques d’un réseau socio-numérique.


Activités :

27-03-2014 : 1er séminaire thématique. Transitions politiques et transitions médiatiques : vers un modèle tunisien ?
15-05-2014 : 2e séminaire thématique. Économie politique des médias en Tunisie : la privatisation en question.
16-06-2014 : 3e séminaire thématique. Médias et transition en Tunisie : la difficile entreprise de réformer les médias.


Publications :