Haut de page

CNRS

USR 3077
IFRE
MAEE

Contenu

L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles)
Eric Gobe (dir.), 2004

L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), Eric Gobe (dir.), 2004, Paris, Maisonneuve & Larose, coll. Connaissance du Maghreb, 388 p., ISBN : 2-70681-794-1

Au Maghreb, la figure de l’ingénieur moderne est née dans la première moitié du XIXe siècle. Les souverains tunisiens d’abord et marocains ensuite ont fait appel à des experts étrangers pour mettre en place les réformes administratives et techniques qui devaient leur permettre de rivaliser avec l’Europe conquérante, Mais au bout du compte, ces efforts de modernisation se sont révélés insuffisants pour empêcher la France coloniale de prendre pied au Maghreb.

La colonisation va constituer un frein à l’industrialisation des pays conquis et donc à l’accroissement du nombre d’ingénieurs. Au fondement du pacte colonial, on trouve l’idée qu’il est indispensable de ne pas créer de concurrence aux industries françaises et que les colonies doivent se spécialiser dans la production de denrées agricoles destinées à la métropole. Les quelques ingénieurs « indigènes » voient leur possibilité de carrière réduite au profit des ingénieurs coloniaux issus de la métropole.

Avec les indépendances, les problématiques changent. Il s’agit désormais pour les pays nouvellement indépendants de remplacer les ingénieurs français par des cadres techniques nationaux et de mener un développement industriel planifié par un État qui va rapidement devenir le premier employeur des ingénieurs. À partir des années 1980, la majorité des économies arabes entre dans un cycle nouveau. La figure dominante de l’ingénieur d’État entre en crise alors que les pays du Maghreb mettent en place des programmes d’ajustement structurel. Aujourd’hui, la libéralisation de l’économie modifie les pratiques professionnelles et entraîne de nouvelles segmentations dans la profession.

Sommaire

Eric Gobe, Introduction

1. La naissance d’une figure technique moderne au Maghreb : de l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

Mohammed El Faïz, Les ingénieurs et la politique de l’eau au Maghreb : le passé peut-il éclairer le présent ?
Anne-Marie Planel, Les ingénieurs des beys de Tunis experts des réformes du XIXe siècle ?
Habib Belaïd, Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale : rôle stratégique et profils
Hélène Vacher, L’association des ingénieurs civils outre-mer au miroir de la mise en valeur du Maghreb

2. L’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale

Pierre Vigreux, Le rôle des ingénieurs dans l’agriculture, les forêts et l’équipement rural au Maghreb (1890-1970)
David Lambert, Dissensions coloniales : fonctions politiques et sociales de l’École coloniale d’agriculture de Tunis dans l’entre-deux-guerres
Omar Bessaoud, Hippolyte Lecq (1856-1922) : apôtre d’une agrologie nord-africaine

3. La formation des ingénieurs maghrébins entre massification et élitisme

Anousheh Karvar, Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire nationale aux témoins de la mondialisation
Grazia Scarffo’ Ghellab, Les écoles d’ingénieurs marocaines, lieu de passage des élites ? Le cas des élèves ingénieurs de l’École Hassania des travaux publics de Casablanca
Mustapha Haddab, Formation et insertion sociale des ingénieurs pour l’agriculture en Algérie

4. De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi public ?

Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Mobilité professionnelle et réseaux d’accès à l’emploi des ingénieurs tunisiens diplômés : d’un marché du travail fermé à un marché du travail ouvert
Nacer-Eddine Hammouda, Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ? Étude de leurs comportements d’activité et de leurs conditions de vie
Ouda Benslimane, Ingénieurs agronomes et développement agricole en Algérie

5. Professionalités d’ingénieur

Kamal Mellakh, Femme, ingénieur et fonctionnaire au Maroc
Anissa Ben Hassine, Les ingénieurs en télécommunication de Tunisie : un essai de modélisation des cheminements de carrière

6. Comparaisons et perspectives

Élisabeth Longuenesse, Entre bureaucratie et marché : quelle reconversion pour les ingénieurs ? Remarques à partir du Proche-Orient
André Grelon, Les ingénieurs au Maghreb : un bilan d’avenir

Index historique des noms de personnes

 

Pied de page