Haut de page

CNRS

USR 3077
IFRE
MAEE

Contenu

Houda Laroussi, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, 2009

Houda Laroussi, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, 2009, Paris, IRMC-Karthala, coll. Hommes et sociétés, 304 p., ISBN : 978-2-8111-0197-8

Le micro-crédit est souvent présenté comme un outil de lutte contre la pauvreté ou de développement local. Cet ouvrage l’aborde dans ses capacités à construire du lien social. À partir d’enquêtes menées dans la banlieue Ouest de Tunis, il propose une radioscopie sociologique argumentée, des deux principaux dispositifs existant sur le marché tunisien.
L’auteure explore d’abord la diversité des politiques publiques tunisiennes d’appui au micro-crédit et à la micro-entreprise. De multiples acteurs s’y relaient : fonds financiers, offices nationaux, bureau de l’emploi, organismes de formation et d’insertion, programme de développement urbain, banque de solidarité (BTS). Elle montre que cette superposition d’interventions s’inscrit dans les orientations de l’État pour le développement local et régional, la territorialisation et la planification urbaine, ainsi que la « gouvernance » du social.
Le lecteur découvrira ensuite le micro-crédit solidaire octroyé par l’ONG Enda inter-arabe dans les quartiers défavorisés. Une action de proximité et de développement social local y est menée par l’apprentissage des groupes solidaires et de la gestion participative. Ce pacte social local est bâti, au quotidien, dans l’accompagnement et le suivi des populations engagées dans l’artisanat, les petits métiers, et la création d’activités.
L’ouvrage insiste sur la complémentarité de ces deux formes de lien social. Il montre que les solidarités construites en dehors de l’État l’aident à mener à bien sa politique de l’emploi pour les plus pauvres. Il montre aussi comment les bénéficiaires « jouent » de tactiques, du formel à l’informel, entre les deux programmes financiers proposés par l’État et par l’ONG. Il illustre les effets du micro-crédit sur la valorisation des femmes par l’insertion professionnelle, l’émancipation familiale, sociale et politique, et la construction identitaire.
Par delà le cas tunisien, l’auteure répond à des questions que se pose tout chercheur, praticien, voire utilisateur de crédit : le micro-crédit réactive-t-il les solidarités ? Assure-t-il une réelle transition vers l’emploi ? Ses actions atteignent-elles les plus pauvres ou les classes moyennes ? Maintient-il la dépendance des nationaux face aux ONG ? Lorsqu’il est l’objet des politiques publiques, ne se transforme-t-il pas en une sorte de subvention et d’assistanat, voire de « don » dispensé aux plus démunis par l’État protecteur ?

Préface de Pierre Signoles, professeur émérite, Université de Tours.

Houda Laroussi est docteur en sociologie. Elle a été responsable d’actions Femmes et développement dans une ONG tunisienne. Elle a assuré comme chargée de cours des enseignements de sociologie à l’Université de Paris 13, et à l’Institut supérieur des sciences humaines et sociales (ISSHT) de Tunis. Elle a coécrit Le développement social local et la question des territoires (Éditions L’Harmattan, Paris, 2006), et est l’auteure de plusieurs communications et articles sur le micro-crédit, notamment sur son impact auprès des femmes. Elle est actuellement chercheure associée au CERLIS-CNRS-Université Paris Descartes et au LISE-CNRS-CNAM à Paris. Elle y mène une recherche pour le Crédit municipal de Paris (ancien Mont-de-Piété), auprès des clientèles du prêt sur gage.

Table des matières

Introduction

I. Le système d’acteurs et le cadre socio-territorial

Chapitre I

Le cadre conceptuel en matière de jeux d’acteurs, d’approche territoriale et de lien social
1. Cadre conceptuel en matière de jeux, de mobilisation et de participation des acteurs
2. Les usages conceptuels des approches socio-territoriales et des politiques urbaines

Chapitre II

Le cadre socio territorial et les politiques publiques de gestion des régions et du local
1. Le cas du territoire du Grand-Ettadhamen en périphérie ouest de Tunis
2. Historique de la « territorialisation » du Grand-Ouest tunisois
3. L’État et la territorialisation des politiques publiques : du développement local au développement régional
4. L’organisation du local et du niveau communal 51
5. Différenciation à établir entre décentralisation et déconcentration
6. Les nouveaux enjeux du développement régional et la politique de développement local de l’État tunisien

Chapitre III

Les populations de la périphérie ouest de Tunis, face à la situation de crise économique et sociale
1. Une zone de chômage, socialement et professionnellement déstructurée
2. Les nouveaux enjeux de la pauvreté comme phénomène urbain
3. Le cadre empirique de l’emploi à Douar Hicher : exiguïté du marché, précarité et disqualifications des populations
4. Les nouveaux demandeurs d’emploi : l’incitation à l’insertion territoriale des jeunes
5. Les difficiles conditions de réintégration économique et sociale des licenciés d’entreprises . L’artisanat et les petits métiers comme alternative « flexible » à la crise de l’emploi
Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée

II. Le système institutionnel d’appui au micro-credit et à la micro-entreprise, ou la solidarité administrée

Chapitre IV

Les acteurs promoteurs de la petite production et les institutions spécialisées dans l’accès à l’emploi
1. Les acteurs promoteurs de la petite production (artisanat et petits métiers)
2. Les institutions spécialisées dans l’accès à l’emploi et l’appui à la petite production

Chapitre V

Le PDUI, acteur de l’insertion de la petite production dans son environnement économique et social
1. Les quartiers défavorisés comme cible de la politique des « zones d’ombres » et des programmes de développement
2. Le PDUI, acteur de la consolidation des petits métiers et promoteur de l’insertion économique de la femme
3. LE PDUI, un acteur rassembleur sur son territoire
4. Les faiblesses institutionnelles du PDUI dans les jeux d’acteurs locaux au quotidien
5. L’État acteur : comment l’État reste le maître du jeu

Chapitre VI

La BTS comme acteur central du dispositif social
1. De la politique d’allocation/subvention aux plus démunis, à la mise en place de dispositifs intégrés, basés sur le micro-crédit et l’initiative privée
2. Le cadrage associatif et décentralisé de l’intervention de la BTS
3. Les conditions d’octroi des micro-crédits aux bénéficiaires de la BTS : Une double logique étatique d’incitation économique et de gratification sociale

III. Le système associatif d’appui au micro-credit, ou la solidarité
co-construite : une ONG face aux institutions publiques

Chapitre VII

Le traitement associatif et la co-construction du lien social par l’ONG Enda Inter-arabe avec ses bénéficiaires : Enda, opérateur du développement social local
1. Une expérience d’origine internationale, en rupture avec la tradition bancaire, basée sur la solidarité et le lien social
2. Une action de proximité : de l’octroi de micro-crédits au développement d’activité, l’accompagnement des populations
3. La production de lien social auprès des populations bénéficiaires de Enda
4. Enda comme opérateur social, et acteur de développement local
5. La méthodologie groupale de Enda : la construction du lien social par l’insertion dans un groupe solidaire

Chapitre VIII

L’appui de Enda au secteur informel et l’institutionnalisation du marché clandestin
1. À propos de l’institutionnalisation du secteur informel
2. Les femmes au coeur du secteur informel : un système de solidarités, d’autonomie féminine et de débrouille
3. Les pratiques du commerce à l’étranger, une nouvelle économie marchande et un arbitrage entre le marché officiel et le marché clandestin
4. Les imbrications régulatrices et les marges de manoeuvres du formel, et de l’informel

Chapitre IX

Enda face à ses partenaires publics : contre initiative ou modèle de développement ?
1. Enda comme acteur de la société civile, un exemple pour les institutions publiques
2. Évaluation comparative des actions menées sur le terrain par Enda face à la BTS
3. Le modèle de Enda vue par l’État et par ses partenaires locaux : méfiance et séduction

Chapitre X

Enda face à ses bénéficiaires : grandeurs et limites d’un modèle de lien social ?
1. Enda vue par ses bénéficiaires, entre solidarité et dépendance
2. Enda ou la participation contrôlée

IV. De la solidarité administrée à la solidarité co-construite, pour un développement social local

Chapitre XI

Les nouvelles formes de traitement et de « gouvernance » du social
1. La mise à niveau, en décalage avec les intérêts des petites entreprises
2. La « gouvernance » comme processus de coordination et de régulation des politiques publiques
3. La volonté de maîtrise par l’État, acteur décrété du lien social Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée

Chapitre XII

Les enjeux du développement social local autour de la mobilisation des femmes actrices du micro-crédit
1. La problématique et les enjeux du développement social local
2. L’initiation à la participation comme expression du lien social
3. Le micro-crédit et la femme actrice du lien social 239

Chapitre XIII

Le micro-crédit, opérateur du lien social : l’échange d’argent, entre stratégies individuelles et symbolique collective, de la dette au don
1. Pour une autre approche de la participation comme autogestion stratégique et tactique par les bénéficiaires
2. Le micro-crédit comme « don », analyseur de la construction du lien social

Conclusion
Deux formes d’institutions du lien social : de la solidarité administrée à la solidarité co-construite

Bibliographie
Table des matières

 

Pied de page